Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 avril 2009

Un homme demande à sa femme :

- Qu'est ce que tu préfères chez moi chérie ? Mes muscles virils ou mon intelligence ?

Lire la suite

lundi 27 avril 2009

Tous mes compliments

Une femme nue se regarde debout devant la glace.

Elle dit à son époux :

- Je me trouve horrible à regarder, grasse et ridée... J'ai besoin d'un compliment.

Le mari lui répond :

- Eh bien ma chérie, tu as une bonne vue ....

dimanche 26 avril 2009

Opportunisme, définition

Une blonde pulpeuse accompagnée d'une très vieille femme laide entre dans le cabinet d'un médecin :

- Nous venons pour une consultation.

- Bien mademoiselle, allez derrière le paravent et déshabillez-vous !

- Non, ce n'est pas pour moi, c'est pour ma tante ?

- Ah... Bien madame, veuillez tirer la langue !...

jeudi 23 avril 2009

Jules et Marie n'ont plus 20 ans

C'est un couple de paysans qui fête ses 20 ans de mariage. Le Jules dit à la Marie:

- Tu te souviens, il y a 20 ans, quand on a fait l'amour dans le champ et que tu t'agrippais à la barrière? Tu sais ce qui me ferait plaisir? C'est qu'on refasse ça.

- D'accord, dit la Marie, et ils vont au champ.

Là, ils remettent ça passionnément. A la fin, le Jules dit à la Marie:

- Bon sang Marie, tu bouges encore plus qu'il y a 20 ans. Elle lui répond:

- C'est que, il y a 20 ans, la barrière était pas électrifiée....

mercredi 22 avril 2009

Extraits de chat

<Malberon> Avec tout ce que j'ai lu sur l'alcool et la drogue, j'ai décidé d'arrêter de lire.

Lire la suite

Culture franco-américaine

Un Français, est en train de déjeuner dans un café, lorsqu'un Américain, mâcheur de chewing-gum, vient s'asseoir en face de lui :

- Vous mangez tout le pain en France ?

- Bien sûr

- Nous aux States on ne mange que la mie. La croûte, on la stocke dans des containers, puis on la transforme en croissants qu'on envoie en France

- ...

- Et avec le pain, vous mangez de la confiture ?

- Bien sûr !

- Eh bien, nous on mange des fruits frais, on ramasse et on stocke les pelures dans des containers, on les transforme en confiture qu'on envoie en France !

Le Français, excédé demande :

- que faites-vous avec les préservatifs usagés ?

- On les jette bien sûr !

- Eh bien nous on les stocke dans des containers, puis on les transforme en chewing-gum qu'on envoie aux États-Unis !...

mardi 21 avril 2009

Vitesse folle

Un couple roule dans une voiture sur l'autoroute. Le mari est au volant.

Tout à coup sa femme dit :

- Chéri ! Je veux te quitter !

Le mari accélère de 10km/h...

- Je prends les gosses avec moi et on va chez ma mère !

Le mari accélère à 150km/h...

- Je prends tous les meubles, y compris la télé 16/9 !

Le mari accélère encore de 10km/h...

- Je prends toute ta collection de timbres et de pièces étrangères !

Le mari accélère...

- Je veux aussi une pension mensuelle de ta part !

La voiture roule à 170km/h et se rapproche dangereusement d'un camion, et le mari est toujours impassible.

- Bon sang, mais dis quelque chose ! Je t'ai tout pris ! Qu'es-ce que tu as que je n'ai pas ?

Le mari la regarde en souriant et dit :

- L'airbag...

dimanche 19 avril 2009

Patois ch'ti

Un bon vieux Ch'ti-mi se promène dans sa campagne natale et remarque un jeune s'abreuvant à l'eau d'un ruisseau.

Il lui dit en patois:

- Bô pa ch't'iô là, min garchon, ché vaques z'on kié d'din ! ! !

(Ne bois pas cette eau, mon garçon, les vaches ont chié dedans ! ! !)

Le jeune lui répond:

- Monsieur, parlez moi en français s'il vous plaît, je suis un parisien, supporter du PSG et je ne comprends pas votre dialecte.

Alors le brave Nordiste lui réplique:

- Bois doucement mon garçon......... elle est froide !...

samedi 18 avril 2009

Du sable sur le dos

Juan arrive du Mexique à la frontière séparant le Mexique des États-Unis en bicyclette.

Il a un gros sac sur ses épaules.

Le douanier l'arrête et lui demande :

- Qu'est-ce que tu as dans ton sac ?

Il répond :

- Du sable.

Le douanier, incrédule, lui dit :

- On va voir ça... Descends du vélo.

Le douanier ouvre le sac et répand le sable qu'il contient sur le sol.

Il fouille dedans sans rien y trouver.

- C'est bon, lui dit-il.

Juan ramasse le sable du mieux qu'il peut et repart sur sa bicyclette.

Une semaine plus tard, la même chose se produit.

Le douanier demande à Juan :

- Qu'est-ce que tu as dans ton sac cette fois ?

Juan répond :

- Du sable.

Le douanier, qui n'est toujours pas convaincu, décide de détenir Juan pour la nuit et d'envoyer un échantillon du sable pour analyse. Le lendemain, les résultats révèlent qu'il s'agit bien de sable. Il laisse donc Juan repartir sur son vélo.

Le petit manège se poursuit tous les deux ou trois jours pendant les quelques années qui suivent. A chaque fois, le douanier fouille le sac de sable. Il envoie régulièrement des échantillons pour analyses de toutes sortes mais toujours sans rien trouver d'autre que du sable.

Finalement, quelques années plus tard, Juan arrête de traverser la frontière en bicyclette avec son sac de sable.

Un beau jour, alors qu'il est en retraite, le douanier prend ses vacances au Mexique et rencontre Juan dans un petit bar sur la plage.

- Hé ! je te reconnais, toi! Tu n'est pas le gars qui traversait la frontière en bicyclette avec un sac de sable ?

Juan reconnaît le douanier et lui répond :

- Oui, c'est moi.

- Qu'est-ce que tu deviens ? lui demande le douanier.

- Je me suis acheté ce petit bar et je vis tranquillement, répond Juan.

Le douanier se décide finalement à lui demander :

- Écoute, je suis à la retraite et je n'ai plus aucun pouvoir. Je voudrais bien savoir une chose. Je n'ai jamais arrêté de penser à ça depuis que je t'ai vu la première fois. Juste entre toi et moi, tu faisais de la contrebande ?...

Juan esquisse un petit sourire et répond :

- Oui, et c'est comme ça que je me suis acheté ce bar.

Le douanier s'approche un peu et demande à voix plus basse :

- Et qu'est-ce que tu passais frauduleusement aux douanes ?

- Des bicyclettes....

vendredi 17 avril 2009

Course aux escargots

Une femme reçoit des amis à dîner ce soir.

Elle décide de leur préparer des escargots et envoie son mari en acheter des frais.

Le mari se met en quête des gastéropodes. Il fait d'abord le marché, mais ne trouve pas ce qu'il cherche. Par contre, on lui donne l'adresse d'une ferme hélicicole ou il achète une douzaines d'ESCARGOTS.

En rentrant chez lui, le type voit une pauvre jeune femme en détresse sur le bas-côté de la route. Le pneu est crevé et la jeune femme n'a jamais changé de roue de sa vie. Ni une, ni deux, le bon samaritain lui remplace la roue, et comme la madame elle est gentille, elle lui propose de le remercier en lui offrant un verre chez elle.

Une chose en entraînant une autre, le monsieur passe la nuit avec la madame, et oublie complètement les escargots, sa femme, et la réception prévue pour le soir.

A 8 heures du matin, il bondit comme un fou hors du lit en criant:

- Merde, ma femme... et la réception d'hier soir ! ça va être ma fête !

Il fonce chez lui. Il arrive devant la porte, pose le sac avec les escargots sur le sol et sonne car il a oublié ses clefs. Sa femme ouvre la porte, très en colère, lui demande:

- On peut savoir où tu as passé l'après-midi et la nuit dernière ?

Alors l'homme regarde les escargots en train de ramper sur le paillasson, puis il regarde sa femme, puis s'adresse aux escargots:

- Allez les gars! On y est presque !!!...

mercredi 15 avril 2009

Guy et Denis

Guy et Denis sont des malades mentaux qui résident dans un hôpital psychiatrique.

Un jour Guy longe la piscine. Il tombe à l'eau et coule à pic.

Ni une ni deux, Denis saute à l'eau et va chercher Guy au fond. Il le ramène à la surface.

Quand le Directeur apprend l'acte héroïque de Denis, il décide de le laisser sortir immédiatement car il pense que si Denis est capable d'un tel acte il doit être mentalement stable.

Le Directeur va lui-même annoncer cette bonne nouvelle à Denis.

Il lui dit :

- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'apprendre !

- La bonne c'est que nous te laissons sortir de l'hôpital parce que tu as été capable d'accomplir un acte de bravoure en sauvant la vie d'une autre personne. Je crois que tu as retrouvé ton équilibre mental.

- La mauvaise, c'est que Guy s'est pendu dans la buanderie avec la ceinture de sa robe de chambre !

Et Denis de répondre au directeur :

- Il ne s'est pas pendu, c'est moi qui l'ai accroché pour qu'il sèche......

jeudi 9 avril 2009

Âmes sensibles, ne pas lire svp!

- Oui allo ?

- Mme Dupont, s.v.p.

- C'est moi.

- Ici le docteur Dupuis du laboratoire médical. Deux échantillons au nom de M. Dupont nous sont arrivés. Mais nous ne savons pas lequel est de votre mari. C'est franchement mauvais ou terrible.

- Que voulez-vous dire?

- Eh bien, le premier Dupont a été testé positif à l'Alzheimer et l'autre au Sida. Et nous ne savons pas lequel est votre mari.

- C'est terrible! Ne pouvons-nous pas refaire les tests?

- Normalement oui, mais l'assurance maladie ne paie pas 2 fois pour les mêmes tests.

- Alors, je fais quoi maintenant?

- Les experts de l'assurance-maladie vous suggèrent de déposer votre mari au centre-ville. S'il retrouve son chemin vers la maison, ne couchez pas avec !...

mardi 7 avril 2009

On se marie ?

Hier soir mon copain et moi étions gentiment assis sur le canapé en train de regarder un film.

Quand soudain, juste après une scène romantique, il se tourne vers moi et me dit : "Tu m'épouse ?"

Je ne savais plus quoi dire... Je suis resté scotchée au canapé, la bouche bée, des étoiles plein les yeux, le coeur battant à cent à l'heure... Je m'imaginais déjà annoncer la nouvelle à mes parents, la robe blanche, le mariage, et puis le petit pavillon en banlieue, les enfants, le chien... La totale quoi !!!

- Eh!!! Tu mets pause !!! Tu mets pause ou quoi !!! Je vais me chercher une bière au frigo......

lundi 6 avril 2009

Allez les bleus !

Un jour, mon "homme-de-maison" de mari décide de laver son maillot de foot.

Quelques secondes après, il entre dans la salle de bain et il me crie :

- Quel cycle j'utilise pour la machine ?

- Ça dépend, je lui réponds, qu'est-ce qui est écrit sur ton maillot ?

Il me crie :

- PSG !

Et après ça ils diront qu'il n'y a que les blondes......

dimanche 5 avril 2009

Le roi des imbéciles

L'autre jour (après une soirée bien arrosée) j'arrive chez un copain à l'improviste. On prend un petit dernier pour la route, puis un autre pour la gloire, puis de verre en verre arrive le moment où il faut choisir : boire ou dormir.Je décide donc de passer la nuit chez lui.

Mon copain un peu désolé m'annonce qu'il ne peut m'offrir une chambre pour moi tout seul et me dit:

- Tu peux dormir dans le salon ou dans la même chambre que Bébé.

- Bébé ? Ça pleure toute la nuit ce machin là. C'est bon je vais dormir au salon, je préfère encore le canapé...

Le lendemain matin je me rends à la salle de bain (encore un peu vaseux), j'ouvre la porte et y découvre une splendide créature de rêve à moitié dévêtue et pas du tout effarouchée.

- Euh... bonjour, à qui ai-je l'honneur ?

- Je suis Béatrice mais vous pouvez m'appeler Bébé. Et vous qui êtes vous ?

- Ben moi... le roi des imbéciles !...

vendredi 3 avril 2009

Femme d'avocat

L'associé majoritaire d'un grand cabinet d'avocats d'affaires déambule dans son bureau climatisé de 120 m2 emmerdé par l'ennui d'une nouvelle journée de glande.

Après avoir consulté ses mails de cul illustrés, le cours du CAC40 et choisi les 5 restaurants qu'il testerait la semaine suivante avec ses clients, il décide d'aller voir son principal associé (lui-même plongé dans une partie de tétris en réseau).

Une fois dans le bureau, il lui dit :

- Écoute, j'ai une terrible préoccupation à propos de mon épouse (l'héritière grâce à laquelle son cabinet possède ses clients). Je me demande si le fait de lui faire l'amour est une question de travail, ou est-ce juste une question de plaisir ?

Son associé embarrassé, lui répond sans trop se mouiller :

- Franchement, je n'ai aucune idée.

- Tu as une heure pour me donner la réponse, ordonne le big boss.

L'associé court voir le manager du département M&A (qui lisait l'Équipe tranquillement dans son bureau climatisé de 60m2) et lui pose le problème :

- Une question, si mon associé se tape sa femme, à ton avis, c'est une affaire de travail ou c'est juste pour le plaisir ?

- Alors là, j'en sais rien, lui répond-t-il.

- Tu as 55 minutes pour me répondre !

Le manager va voir son collaborateur senior (en pause-café).

- Si le big boss saute sa chérie, c'est du travail ou du plaisir ?

- Financièrement, cette question n'est pas envisageable, je ne peux donc pas répondre.

- T'as 45 minutes.

Celui-ci va voir son collaborateur junior.

- Si le vieux baise sa meuf, c'est du taf ou c'est juste pour le fun ?

- J'en sais rien.

- 20 minutes.

Le collaborateur junior va donc voir un de ses stagiaires en pleine période de bourre, avec cinq dossiers en cours, trois mois de boulot sur le dos, des tas de docs à rédiger, la messagerie qui fume, le téléphone qui sonne sans arrêt.

- Oh ! le stagiaire ! une question ?

- Pas maintenant, je suis blindé jusqu'au cou, j'ai pas le temps, j'ai plein de trucs à faire.

- C'est super urgent ! Il faut que tu répondes.

- Vas-y ! C'est quoi ? demande le stagiaire.

- Si le Big Boss fourre sa pouf, c'est du boulot ou du plaisir ?

- Arrête, trop facile, c'est du plaisir ! affirme le stagiaire.

- Attends ! Comment tu peux savoir aussi vite ?

Le stagiaire répond indigné :

- Dans ce cabinet, si jamais c'était du boulot, c'est moi qui serait en train de me la taper !...

mercredi 1 avril 2009

Les choses sérieuses

Au lit, l'autre soir avec ma femme, la température montait rapidement.

Au moment de passer aux choses sérieuses, elle m'arrêta et me dit :

- Non, mon amour, je ne le sens pas bien...

Puis elle ajouta :

- Je n'ai pas spécialement envie, je voudrais juste que tu me tiennes dans tes bras. Tu n'es pas assez en phase avec mes besoins émotionnels de femme pour que j'ai envie de satisfaire tes besoins sexuels d'homme !

A mon regard ébahi, elle enchaîna :

- Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je fais pour toi au lit.

Comprenant que rien ne se passerait ce soir là, je n'insistais pas et je m'endormis.

Quelques temps après, comme j'avais des congés à récupérer, je décidais de passer la journée avec elle.

Après un dîner dans un petit restaurant sympa, je l'emmenais dans un grand magasin de mode ou je l'invitais à essayer divers vêtements sous mon regard intéressé.

Pendant un long moment, elle essaya tout ce qui tombait sous ses yeux et parada devant moi comme une star. Finalement, deux robes retinrent spécialement son attention. Comme elle ne savait pas se décider, je lui laissais entendre qu'elle prendrait bien les deux.

A l'étage suivant, se trouvait le rayon chaussures : une paire neuve par robe semblait indispensable. Une jolie paire de boucles d'oreilles lui faisait de l'oeil: hop, dans le panier! Croyez moi, ses yeux brillaient de plus en plus !!!

Je la connais, je voyais monter en elle une forme d'excitation indescriptible.

Elle voulut même me tester, voir jusqu'où j'irai, car elle s'intéressa aux bracelets de tennis. Elle n'a jamais tenu une raquette, mais bon...

Je répondis oui. Puis il y eu quelques bas, de la lingerie, un foulard, les rayons parfum et maquillage et quelques bricoles.

Finalement, elle me regarda avec des yeux pétillants comme du champagne, et dit :

- Ça va être cher tout ça... On passe a la caisse ?

Quand je répondis :

- Non, mon amour, je ne le sens pas bien...

Son visage devint béat d'étonnement et sa bouche resta ouverte. Je lui dis alors :

- Je n'ai pas spécialement envie, je voulais simplement te voir habillée ainsi. Tu n'es pas assez en phase avec mes capacités financières d'homme pour que je puisse satisfaire tes désirs d'achats de femme.

Et comme elle me regardait avec des yeux assassins, j'ajoutais :

- Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je t'achète....

La religieuse et le chauffeur de taxi

Une religieuse prend un taxi et constate que le beau chauffeur n'arrête pas de la regarder.

Elle lui demande pourquoi il la regarde si intensément.

Il répond :

- J'ai une question à vous poser, mais ne voudrais pas vous offenser.

Elle répond :

- Mon fils, tu ne peux pas m'offenser. Quand tu auras mon âge et aura été une religieuse aussi longtemps que je l'ai été, tu auras vu et entendu à peu près tout. Je suis certaine que rien de ce que tu pourrais me dire ou me demander ne serait une offense.

- Et bien, j'ai toujours eu le fantasme qu'une religieuse me donne un baiser.

Elle répond :

- Et bien, nous allons voir ce que nous pouvons faire. Premièrement vous devez être célibataire et deuxièmement vous devez être catholique.

Le chauffeur du taxi est très excité et dit :

- Oui, je suis célibataire et je suis catholique !

- OK, dit la religieuse. Tournez dans la prochaine contre-allée...

La religieuse comble son fantasme avec un baiser à faire rougir une prostituée. Alors qu'ils reprennent leur route, le chauffeur commence à pleurer.

- Mon cher enfant, dit la religieuse, pourquoi pleures-tu ?

- Pardonnez moi pour avoir péché. Je dois confesser que j'ai menti; je suis marié et je suis juif.

La religieuse dit :

- Poisson d'avril !!! Je m'appelle Christophe et je vais à un bal masqué....