Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 1 avril 2009

Les choses sérieuses

Au lit, l'autre soir avec ma femme, la température montait rapidement.

Au moment de passer aux choses sérieuses, elle m'arrêta et me dit :

- Non, mon amour, je ne le sens pas bien...

Puis elle ajouta :

- Je n'ai pas spécialement envie, je voudrais juste que tu me tiennes dans tes bras. Tu n'es pas assez en phase avec mes besoins émotionnels de femme pour que j'ai envie de satisfaire tes besoins sexuels d'homme !

A mon regard ébahi, elle enchaîna :

- Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je fais pour toi au lit.

Comprenant que rien ne se passerait ce soir là, je n'insistais pas et je m'endormis.

Quelques temps après, comme j'avais des congés à récupérer, je décidais de passer la journée avec elle.

Après un dîner dans un petit restaurant sympa, je l'emmenais dans un grand magasin de mode ou je l'invitais à essayer divers vêtements sous mon regard intéressé.

Pendant un long moment, elle essaya tout ce qui tombait sous ses yeux et parada devant moi comme une star. Finalement, deux robes retinrent spécialement son attention. Comme elle ne savait pas se décider, je lui laissais entendre qu'elle prendrait bien les deux.

A l'étage suivant, se trouvait le rayon chaussures : une paire neuve par robe semblait indispensable. Une jolie paire de boucles d'oreilles lui faisait de l'oeil: hop, dans le panier! Croyez moi, ses yeux brillaient de plus en plus !!!

Je la connais, je voyais monter en elle une forme d'excitation indescriptible.

Elle voulut même me tester, voir jusqu'où j'irai, car elle s'intéressa aux bracelets de tennis. Elle n'a jamais tenu une raquette, mais bon...

Je répondis oui. Puis il y eu quelques bas, de la lingerie, un foulard, les rayons parfum et maquillage et quelques bricoles.

Finalement, elle me regarda avec des yeux pétillants comme du champagne, et dit :

- Ça va être cher tout ça... On passe a la caisse ?

Quand je répondis :

- Non, mon amour, je ne le sens pas bien...

Son visage devint béat d'étonnement et sa bouche resta ouverte. Je lui dis alors :

- Je n'ai pas spécialement envie, je voulais simplement te voir habillée ainsi. Tu n'es pas assez en phase avec mes capacités financières d'homme pour que je puisse satisfaire tes désirs d'achats de femme.

Et comme elle me regardait avec des yeux assassins, j'ajoutais :

- Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je t'achète....

La religieuse et le chauffeur de taxi

Une religieuse prend un taxi et constate que le beau chauffeur n'arrête pas de la regarder.

Elle lui demande pourquoi il la regarde si intensément.

Il répond :

- J'ai une question à vous poser, mais ne voudrais pas vous offenser.

Elle répond :

- Mon fils, tu ne peux pas m'offenser. Quand tu auras mon âge et aura été une religieuse aussi longtemps que je l'ai été, tu auras vu et entendu à peu près tout. Je suis certaine que rien de ce que tu pourrais me dire ou me demander ne serait une offense.

- Et bien, j'ai toujours eu le fantasme qu'une religieuse me donne un baiser.

Elle répond :

- Et bien, nous allons voir ce que nous pouvons faire. Premièrement vous devez être célibataire et deuxièmement vous devez être catholique.

Le chauffeur du taxi est très excité et dit :

- Oui, je suis célibataire et je suis catholique !

- OK, dit la religieuse. Tournez dans la prochaine contre-allée...

La religieuse comble son fantasme avec un baiser à faire rougir une prostituée. Alors qu'ils reprennent leur route, le chauffeur commence à pleurer.

- Mon cher enfant, dit la religieuse, pourquoi pleures-tu ?

- Pardonnez moi pour avoir péché. Je dois confesser que j'ai menti; je suis marié et je suis juif.

La religieuse dit :

- Poisson d'avril !!! Je m'appelle Christophe et je vais à un bal masqué....